Vivre et traverser ses émotions

« Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement. »

Carl Gustav Jung

Les émotions sont au centre de notre vie et sont particulièrement présentes dans notre pratique thérapeutique. Elles sont un sujet que j’explore personnellement depuis plusieurs années, suite à mes propres difficultés à les réguler. Expérience qui me faisait peur, j’ai appris à les apprivoiser et plus que cela, j’ai observé qu’elles pouvaient être un levier de changement une fois que je leur laissais la place d’exister. Naturellement, mes expériences personnelles m’ont amenée à être attentive aux émotions et à leurs énergies dans le processus thérapeutique. Quelques questions m’accompagnent depuis : Que faire de l’émotion qui émerge ou qui est installée ? Comment transmuter l’énergie de l’émotion ? Quel est son rôle dans le processus de changement ? Quelle utilité thérapeutique ?

Nous rencontrons fréquemment des patients qui expriment plus ou moins facilement et clairement leurs émotions. Et puis, il y a ceux qui consultent parce que l’émotion s’est transformée en trouble émotionnel, recouvrant des symptômes pathologiques qui peuvent durer de quelques semaines à parfois quelques années. Face à ces situations sensibles, parfois déstabilisantes en tant que thérapeute, nous pouvons nous sentir démunis et de telles situations aboutissent souvent à des ruptures relationnelles voire à des blocages thérapeutiques. Et ceux-ci peuvent avoir des conséquences importantes tant pour le patient que pour le thérapeute.

De par ma propre expérience, j’ai appris avec l’approche systémique à reconnaître et accueillir la matière énergétique de l’émotion dans le système thérapeutique et à expérimenter qu’elle peut être un levier dans le processus thérapeutique. Mais une fois l’émotion dévoilée et reconnue au sein du système, je me suis sentie à plusieurs reprises dans l’incapacité à aider le patient, surtout quand l’émotion fait partie du problème. L’approche stratégique m’a appris à transmuter cette matière pour installer le changement.

Aussi, entre la science et le sensible, j’observe ce fonctionnement invisible : le travail émotionnel et l’alchimie des émotions dans la prise en charge thérapeutique stratégique.

 

peur-phobie-approche-systémique-palo-alto

 

Je vous présente, Alexandre que je nommerai ainsi pour préserver son anonymat. Alexandre est âgé de 24 ans, et me consulte pour un trouble phobique qu’il a depuis 6 ans. Lors d’un séjour en vacances avec des amis, après une soirée alcoolisée, il fait une crise de tachycardie en conduisant, ce qui le conduit à l’hôpital. Il a cru qu’il allait mourir.

Il se sent limité et frustré de ne pas pouvoir voyager comme bon lui semble sans ressentir de l’anxiété ou de l’angoisse. Ce cadre très restreint impact également sa vie sociale. Il se sent fermé et honteux de part ce qu’il vit. Aussi, cette ouverture géographique lui permettrait également une ouverture relationnelle – car plus épanoui et plus heureux s’il arrivait à surmonter ses peurs.

C’est une difficulté qu’il vit vis-à-vis de lui-même et qu’il essaie de surmonter seul. Il a déjà essayé différents accompagnements tels que l’hypnose, l’EMDR et une psychothérapie pour l’aider à surmonter sa difficulté. Cela l’a aidé à aller un peu mieux mais n’a pas aidé à résoudre son problème définitivement. Un sentiment d’impuissance et de déception s’installe.

Envahi par sa peur, il évite donc les situations qui lui font peur et essaie de contrôler ses sensations de peur et d’angoisse. Le mouvement stratégique mis en place durant la thérapie, a été de co-construire avec lui des alternatives cognitives et comportementales pour renverser sa dynamique dysfonctionnelle. En effet, recadrer la peur auprès d’Alexandre et lui permettre de prendre conscience qu’ « une peur qu’on évite se mue en panique et qu’une peur qu’on affronte se transforme en courage », et en parallèle prescrire le symptôme avec la tâche du « fantasme du pire » a permis au fil des séances de le libérer de sa peur phobique, de se confronter aux situations qu’il évitait jusque-là et même de transmuter sa peur en plaisir.

« Exprimer ses émotions, c’est comme enlever les noirs devant le soleil pour laisser pousser les fleurs. »

Tanya Sénécal

Le cœur de l’approche stratégique est d’explorer, dans un premier temps, le fonctionnement du problème en identifiant la « tentative de solution » puis dans un deuxième temps, de la neutraliser afin de permettre au patient de vivre des expériences émotionnelles correctrices qui progressivement, vont devenir un point nouveau point d’ancrage corporel du patient. Ceci l’encourage à amplifier et renouveler l’expérience. Nouveaux référents forts, elles lui permettent d’éviter de revenir en arrière et ne pas retomber dans un schéma dysfonctionnel ou la pathologie.

Tout mon travail d’observation et d’exploration m’a fait prendre conscience que l’approche stratégique aborde l’émotion non pas seulement comme un état intérieur, mais une association de plusieurs éléments puissants et qu’elle l’intègre totalement dans le processus thérapeutique. Elle est un point de passage entre le travail cognitif et le travail comportemental. Nous agissons en fonction de ce que l’on pense et les émotions sont également liées à cela.

Le processus de régulation, pour le thérapeute, est de travailler dans cette circularité en modifiant notamment les éléments cognitifs, émotionnels et comportementaux, qui constituent la « solution dysfonctionnelle » du patient. Tout ceci me permet de poser cette nuance dans le processus de régulation émotionnel : c’est un travail de régulation par l’émotion et non de l’émotion. En ce sens, l’émotion est un médiateur du changement.

Et comme le disait Sartre: « L’émotion n’est pas un accident, c’est un mode d’existence de la conscience, une des façons dont elle comprend (…) son Etre dans le Monde. »

 

Belle méditation à vous, …

Claire

 

Partager
Passeuse dans l'âme, j'accompagne les métamorphoses personnelles. J'accompagne des femmes, en quête d'une nouvelle liberté, à être pleinement épanouie en tant que femme et dans leur couple.
Aucun commentaire

Je commente...