equilibre personnel

Equilibre personnel, une question de verticalité.

2014, j’étais en plein passage à vide.

L’arrivée de ma deuxième fille, en recherche de sens et d’un nouvel équilibre pour ne plus m’essouffler à faire, faire, faire…mais ETRE. Ne plus être dans l’agitation mentale et physique ni dans l’accumulation de projets… juste ETRE. Etre présente pour être mieux et déployer plus de qualité dans mes actions, plus d’endurance dans mes projets, plus de disponibilité pour ma créativité, ma famille et moi-même.

 

En quête de sérénité et d’un équilibre plus épanouissant j’ai ainsi entrepris cette exploration de l’alignement corps âme esprit à travers le yoga puis de la méditation. Depuis, je m’interroge, je réfléchis, j’expérimente sur cette question donc.

J’aime à découvrir différents professeurs et m’enrichir de leur propre style et approche. Il y a quelques mois, j’ai fait la rencontre de Carlos Thao, un professeur venu tout droit de Bali à Saigon pour nous partager et faire expérimenter un alignement différent que celui qui nous est généralement enseigné dans les asanas.

…Ce fut donc avec curiosité que j’ai participé à cet atelier et fait cette fabuleuse rencontre ! Un moment troublant…qui ne m’a pas laissée insensible en tout cas.

Je partage donc avec vous ce que j’ai appris sur mon tapis…

 

Tension, résistance, équilibre…

Quel que soit l’endroit où l’on se trouve dans la posture, s’arrêter. S’arrêter et s’octroyer le temps de vivre son corps. Respecter ses courbes et ses formes naturelles. Emmener son corps vers l’arrière. S’ouvrir et se repositionner. Elargir son espace. Respirer. Vivre son souffle. Etre ancré. Etre présent…et accueillir la douce énergie qui nous porte au delà de toute attente.

C’était fascinant d’expérimenter et d’observer comment mon attention de dissipe et habite mon corps tout entier – au lieu d’être dans ma tête.

Je me surprends à réaliser, avec douceur quelques postures qui habituellement me font peur ou me demandent beaucoup d’effort, me challengent…Mon corps souple et léger m’a porté cette fois-ci. J’y suis allée en confiance.

 

Ce qui était intéressant là encore, c’était de ressentir les sensations du geste juste. A travers cette mise en situation sur mon tapis de yoga, finalement c’est comprendre comment se construire naturellement, comment faire bouger notre corps d’une manière efficace par rapport à son propre ressenti. Quand notre corps est en tension ou en résistance, même en travaillant notre conditionnement mental, cela ne suffira pas à notre performance. On reste limité, bridé dans notre espace asphyxié…

 

Ce que j’ai compris c’est que l’alignement n’est finalement qu’une composante et n’est donc pas une fin en soi. Etre « obsédé » par l’alignement et la posture c’est se condamner à rester bloquer au niveau physique de la posture. Tenir parfaitement une pose n’est pas synonyme d’alignement parfait et ce n’est pas la finalité de l’enseignement de la philosophie du yoga. La perfection se vit lorsque l’on pratique l’asana au mieux de notre capacité, dans le confort et la stabilité.

 

Et une projection dans l’espace…

J’ai pris conscience que je me donnais de nouveaux repères, tant mentaux que physiques. Cette première expérience m’a permis de prendre conscience d’un autre espace : ma verticalité et sa complexité que j’expérimente, que je challenge.

Cette verticalité qui est notre repère finalement ; soit par rapport à notre propre corps, soit par rapport aux éléments qui nous entourent. Elle est notre axe pour trouver nos appuis. Et à partir de ce moment là, on peut enfin se mettre en mouvement.

En biomécanique par exemple, le moment d’inertie caractérise la répartition de la masse du corps autour d’un axe de rotation. Dans un mouvement aérien, plus on est éloigné de l’axe du corps, plus le moment d’inertie est important.

Plus le moment d’inertie est grand, plus il est difficile de mettre le corps en rotation. C’est exactement pareil ! Plus on est éloigné de nous-même, plus le moment d’inertie est important. Plus le moment d’inertie est long, plus il est difficile de se mettre en mouvement.

En écoutant mon corps, en respectant mon alignement naturel corporel, en ajustant ma posture, je participe donc à la construction de ma nouvelle verticalité pour m’ouvrir un nouveau possible. C’est cette continuité et fluidité durant la pratique que je ressens entre le mouvement, la respiration, l’enchainement des asanas… qui m’ indique que je suis dans la bonne posture et sur le bon chemin… De tout cela, en découle mon équilibre : cet état de bien-être entre deux moments.

C’est vraiment quelque chose que l’on peut vivre à tout moment, en conscience…et hors de son tapis de yoga !

Comme pour tout, il n’y a donc pas de but à chercher. Il s’agit de

  • Développer notre conscience corporelle, avec nous-même et avec notre environnement.
  • Ré-apprendre à ressentir. Ressentir les sensations de la juste action à travers nos mises à l’épreuve de la vie.
  • Se concentrer sur le moment présent et notre propre processus d’évolution.

 

Envie d’aller plus loin?…Contactez-moi

Mon plaisir, c’est de vous accompagner à “entrer” dans cette posture, celle de votre propre verticalité. Renouer avec votre axe pour trouver vos propres appuis. Avancer avec confiance et autonomie pour explorer et progresser au fil de vos expériences.

La vraie joie n’est pas dans résultat mais dans l’apprentissage sur Soi en découvrant que les choses qui nous étaient précédemment impossibles deviennent possibles…

Partager
Ce qui m’inspire et me rend vivante, c’est de voir des personnes oser s’exprimer pleinement, s’éclater et avancer en toute fluidité. J'aime créer des ponts entre le monde du business et du sensible...accompagner les mutations individuelles et collectives; Pour permettre ainsi d'apporter une nouvelle rayonnance, personnelle et professionnelle.
Aucun commentaire

Je commente...